Dendrobates - Poison dart frogs

Dendrobates - Poison-dart Frogs

 Le terrarium principal de mes Dendrobates est industriel de marque Exoterra, 45x45x60 ,avec aération basse et haute. Terrarium humide. Materiel et accessoires: substrat billes d'argiles recouvertes d'un filet plastique fin "type moustiquaire", recouvert de terreau naturel (tourbe et fibres de noix de coco) , et sphaigne pour conserver l'humidité du sol mais aussi avec un bon drain. Tapis chauffant au sol et sur un côté , branchés sur thermostat , 2 lampes UVB 2.0 26w , 1 lampe LED bleue et 1 verte  pour éclairage nocturne. Température constante de 24 à 26°le jour, de 20 à 22° la nuit. Les lampes sont montées sous supports avec reflecteurs et externes, ouverture grillagée sur la totalité du plafond ,programmateurs electriques, 2 thermometres digitals ,1 hygromètre digital. 1 bac a eau tres petit pour qu'elles puissent se baigner sans se noyer. Décor planté entièrement naturel . Hygrométrie 80% bien ventilée, Le décor est chargé en plantes volontairement, car les dendrobates permettent cette richesse .

 

 Second terrarium de Dendrobates 60x30x30 , l'équipement est le même que le précedent.

 

Photos de mes Dendrobates

 

 

   Dendrobate leucomélas

 

 

 

  Dendrobate Tinctorius Cobalt

 

 

  Dendrobate azureus

 

 

 

  Dendrobate Auratus verte

 

 

 

 

  Dendrobate Auratus bleue

 

 Fiche : Dendrobates

Il faudrait une fiche par espèces, mais globalement à part des différences de température pour certaines d'entres elles, la maintenance est la même

Nom scientifique : Dendrobates, Sminthillus, Phyllobates  Famille : dendrobatidés
Continent : amerique
Classe : Amphibiens
Ordre : Anoures
taille : 2 à 6 cm
Durée de vie : 5 à 8 ans

Description et habitat:  La famille des dendrobatidés compte plusieurs genres, regroupant chacun plusieurs espèces. Les genres concernés sont Dendrobates, Phyllobates, Aromobates, Epipedobates, Colosthethus, Minyobates.

Les Anglo-Saxons regroupent les espèces de ces différents genres sous le nom de poison frogs, ou poison dart frogs. Ce nom populaire vient de la réputation toxique des ces petites grenouilles, que certaines tribus indiennes utiliseraient pour enduire de poison la pointe de leurs flèches (dart).

En pratique, seules 3 espèces de Phyllobates, dont Phyllobates terribilis, sont réellement dangereuses dans la nature. Les autres espèces provoques simplement des réactions d'irritations, surtout si le poison qu'elles sécrètent entre en contacte avec les muqueuses.
Quand aux animaux du commerce, même les phyllobates, ils ne sont normalement pas dangereux. En effet, en captivité, ces grenouilles perdent l'essentiel de leur toxicité. C'est encore plus vrai pour les animaux nés en captivité.
La théorie ancienne et dominante (mais longtemps pas vraiment prouvée) voulait que leur poison soit d'origine exogène, c'est à dire produit hors de leur corps. Il viendrait d'insectes eux-mêmes toxiques, dont ils se nourrissent. Personne ne faisant encore l'élevage de tels insectes pour nourrir ses pensionnaires, ceux-ci perdent donc assez vite leur toxicité.
Début 2004, des travaux ont été publiés indiquant que la réalité est un petit peu plus complexe : les grenouilles ont effectivement besoin de se procurer les alcaloïdes de base pour leur poison dans les insectes qu'elles chassent. Mais elles n'utilisent pas tous les alcaloïdes ainsi collectés tels quels. Une équipe de chercheurs américains, menée par John Cover, de l'Aquarium National de Baltimore (Etats-Unis), a réussi à montrer chez des Dendrobates la présence d'une hydroxylase capable de transformer un alcaloïde donné en un composé cinq fois plus dangereux. Il peut être prudent de se renseigner sur l'origine (sauvage ou captive) des animaux achetés.
Mieux vaut également se laver les mains rapidement après avoir touché ces grenouilles.

Ces petites grenouilles font 2 à 6 cm (en moyenne 4 cm), et sont très colorées. Ces couleurs, loin d'être un camouflage, sont un signal leur permettant d'être repérées par les prédateurs. Ceux-ci connaissent leur goût affreux, voire leur dangerosité, et les évitent donc.

Les Dendrobatidés vivent dans les forêts pluviales d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Ils vivent surtout au niveau du sol. Certaines espèces ont un tempérament de grimpeuses, et montent volontiers sur les arbres. Mais à l'exception de quelques espèces, les Dendrobatidés ne sont pas véritablement des arboricoles.

Les espèces ci-dessous sont les plus fréquemment rencontrées dans le commerce (ce qui est d'ailleurs très relatif). Les autres espèces n'ont d'ailleurs pas forcément des conditions de maintenance très différentes.

  • Dendrobates auratus vient d'Amérique centrale et du nord de la colombie. 3-4 cm.
  • Dendrobates azureus vient du Surinam, ou des régions brésiliennes frontalières. 4-5 cm.
  • Dendrobates leucomelas vient de certaines régions du Brésil, de Colombie, du Guyana, et surtoût du Vénézuéla. 3-4 cm.
  • Dendrobates ventrimaculatus vient d'Amazonie péruvienne, équatorienne et régions limitrophes brésiliennes, ainsi que de la Guyane française pour la plupart des variétés en terrarium. 2 cm.
  • Phyllobates vittatus vient de la côte Pacifique du Panama et du Costa Rica. 3 cm.

Ces espèces vivent en plaine ou à basse altitude.

Terrarium : Les Dendrobates peuvent parfaitement vivre en groupe dans un terrarium. Mais il est prudent de ne pas mélanger les espèces. Certains le font cependant, avec des résultats parfois satisfaisant. Mais il y a toujours un risque. En effet, la plupart de ces batraciens, même en captivité, restent toujours un peu vénéneux, et ils s'empoisonnent entre eux. La toxicité des Dendrobates est plus faible en terrarium, et les espèces proches ont sans doute des poisons proches, mais restons prudents. Malgré leur petite taille, les Dendrobates doivent avoir un minimum d'espace.  Les cachettes sont quelques chose d'important. Ces animaux doivent pouvoir se cacher en cas de peur, mais aussi pouvoir s'isoler les un des autres. Les mâles, en particulier, peuvent être assez territoriaux et bagarreurs. Des espaces très plantés, avec de nombreuses cachettes, mais aussi des espaces dégagés, pour faciliter la chasse des proies, sont très souhaitables. Bien que n'étant pas vraiment arboricoles, on a vu que les Dendrobates habitaient la forêt pluviale, et appréciait de pouvoir grimper sur les plantes. Beaucoup apprécient donc une position élevée. Offrez leurs des souches, des fougères, des plantes grimpantes. Certaines espèces sont plus grimpeuses que d'autres.

Il y a 2 écoles pour le substrat de la partie terrestre :

  •   Le substrat artificiel. Il s'agit d'un substrat à base de moquette verte en plastique (en général) qu'on trouve dans les animaleries. On la complète avec des plantes en plastique. L'avantage de ce système est de pouvoir être lavé et désinfecté régulièrement. Certains se contentent même d'un sopalain changé régulièrement.
    Evitez les "gazons" en plastique. Les brins d'herbes en plastique peuvent blesser les animaux, en particulier s'ils chassent une proie qui s'est coincée dedans.  
  •   Le substrat naturel. Il s'agit de remplir la partie terrestre avec de la terre, d'y planter éventuellement des plantes (fougères ou lierre, Scindapsus aureus, Tilandsia Sp,...). On recouvre la terre avec des plaques de mousse ramassées en forêt ou dans son jardin.

Pour éviter que la terre soit détrempée il est conseillé de mettre un drain au fonds de la partie terrestre, en dessous de la terre : 3 cm de graviers, de pouzzolane, ou mieux de boules d'argiles expansées, très légères (en jardinerie), feront l'affaire.

Certains conseils de mettre de la terre de bruyère, plus acide que du terreau, afin de freiner le développement d'éventuels champignons. Attention cependant en cas de plantations. Un sol acide n'accueille pas n'importe quelles plantes.

La méthode naturelle a un  avantage. Les plantes « suent » de l'eau, et participent donc de la maintenance d'un taux d'humidité élevé dans le terrarium. Ces animaux viennent en effet de la forêt pluviale, et nécessitent une humidité élevée, proche de 90%-100%. Pour s'en assurer, il est très souhaitable de prévoir un hygromètre, qui donne l'humidité de l'air.
Rappelons ce que signifie le pourcentage d'humidité : Plus l'air est chaud, plus celui-ci peu contenir de l'eau sous forme de gaz (la vapeur d'eau). Le pourcentage signifie que l'air a absorbé 80%, ou 90%, ou 100% de la vapeur d'eau qu'il peut théoriquement contenir compte tenu de sa température.
Un taux de 100% implique une certaine tendance à la condensation : les vitres sont en générale plus froide, et l'air qui est à leur contacte devient ainsi plus froid. Il peut donc contenir moins d'eau, et relâche une partie de la vapeur d'eau qu'il contient, sous forme de gouttelettes : c'est la condensation.
Il y a deux façons de réduire la condensation, laquelle  n'améliore pas l'esthétique du terrarium et son hygiène :

  •   Réduire l'humidité du terrarium : c'est une grave erreur. Si ça ne tue pas les animaux, cela les rendra plus fragile. Ils auront tendance à se cacher dans la mousse et les plantes (plus humide), et vous ne les verrez guère.
  •   Mettre un couvercle grillagé (attention à la taille des mailles, une grenouille se faufile dans des interstices de petites tailles. Même sans parler des grenouilles, vous avez tout intérêt à mettre un grillage très fin, type moustiquaire. Cela évitera aux proies de s'enfuir du terrarium). L'inconvénient du grillage est d'assécher le terrarium. On compense en apportant de l'humidité en permanence. Certains ont recours à des pulvérisations manuelles, ce qui doit être effectué plusieurs fois par jour. Il semble plus simple d'organiser une cascade ou une pulvérisation artificielle .                                                 A noter que les éleveurs insistent tous sur la nécessité d'une bonne aération pour la bonne santé des animaux

Eclairage : Les Dendrobates sont des grenouilles essentiellement diurnes (vivant le jour). Un éclairage est donc le bienvenu. Il est d'autant plus important si des plantes vivantes sont dans le terrarium.
Un tube spécialisé à synthèse de vitamines (avec des UV, donc) semble moins important que pour des reptiles. Par prudence, je met des tubes « reptiles », des biolux (dont l'indice de rendu des couleurs est de 97% de celui de la lumière du jour) ou des tritons. Je n'ai jamais eu de problème de carence identifié.            Un éclairage uniforme de 10-12 H /J est suffisant. Vivant près de l'équateur, ces grenouilles n'ont pas besoin d'un rythme saisonnier marqué.
Ces animaux vivant en forêt n'ont pas besoin d'un éclairage très fort. Si celui-ci s'avère nécessaire pour vos plantes, multipliez les zones ombragées par des plantes hautes.

Température :  Les Dendrobates viennent de régions tropicales. La température est donc assez uniforme, sans variations trop fortes selon les saisons. On peut fignoler en imitant une saison des pluies, un peu plus froide et humide, mais cela ne semble en rien indispensable. Selon les espèces, et l'altitude ou elles vivent, les auteurs parlent de températures allant de 20° à 30°.

  •   Dendrobates auratus : 24-26°.
  •   Dendrobates azureus : 25-27°.
  •   Dendrobates leucomelas : 25-30°.
  •   Dendrobates ventrimaculatus : 26-30°.
  •   Phyllobates vittatus : 26-30°.

Ces températures sont celles de la journée. Une chute de température de 2-4 ° la nuit permet de se rapprocher du milieu naturel. Elle n'est pas indispensable.Certains éleveurs maintiennent leurs espèces en permanence à 28-30°, mais ce n'est pas indispensable, et cela semble accélérer le métabolisme, ce qui demande plus de nourriture et abrège sans doute la durée de vie.Pour le chauffage, le mieux est de mettre un câble sous le substrat ou une plaque sous le terrarium. Il faut y relier un thermostat (placé dans le terrarium) pour régler la température.
N'oublier pas de mettre un thermomètre dans le terrarium

Alimentation:  Concrètement, dans nos régions, tout ce qui bouge et qui est à la taille de la bouche sera accepté. Le problème est que la bouche est très petite. La nourriture la plus fréquemment utilisée : drosophiles (mieux vaut des aptères - sans ailes - si on ne veut pas les voir voltiger dans toute la maison lors des nourrissages), micro grillons, pucerons, plancton de prairies (on passe un coup de filet à maille très fine dans des herbes sauvages, à la belle saison, et on ramasse tout un tas de bestioles de petites tailles), fourmis,fourmis ailées (bien acceptées), La teigne des ruches est une excellente nourriture, très utilisée par les éleveurs. Si les bêtes ne sont pas habituées aux teignes, il faut parfois leur apprendre, surtout pour les dendrobates sp au sens stricte. Pour les Epipedobates et Phyllobates, l'apprentissage est plus rapide.
En effet, les animaux du genre "dendrobates" chassent avec la langue, qui se colle sur la proie. Les plus grosses proies peuvent alors les géner, surtout s'ils ont l'habitude des petites drosophiles. Il faut les habituer avec des petites teignes de 3 mm, et augmenter au fur et à mesure pour arriver à des teignes de 8mm.

Pour l'amateur de base, c'est sans conteste les drosophiles qui sont le plus utilisées. 
Le débat sur la complémentation des drosophiles avec des poudres vitaminées qu'on trouve dans les magasins de terrariophilie, ou par correspondance, sur catalogue, continue de faire rage. En cas de nourriture variée (droso, plancton, pucerons,...) cette complémentation semble inutile (les besoins en vitamines sont moins forts que chez les reptiles). Pour une mono-nourriture à base de drosophiles, c'est plus utile, voir indispensable. Les éleveurs notent des reproductions moins nombreuses et de moins bonnes qualités en cas d'alimentation à base exclusive de drosophiles. Une complémentation est alors un pis-aller. Mais elle a toujours ses opposants.  Une variété maximale des proies reste  cependant idéale pour éviter les carences.Dans certaines organisations de terrarium, les micro-grillons ou les teignes de ruches sont difficiles à utiliser : ces proies s'enfouissent dans le substrat ou s'échappent du terrarium.

Commentaires:

Des Bijoux ! Les dendros sont de véritables petits joyaux, offrez leur un bel écrin!

Les Dendrobates sont de petites grenouilles avec lesquelles toute conception de décor tropical est permis, et c'est un vrai plaisir terrariophile !

 Certains reconstituent avec esprit céatif et talent un véritable biotope symbiotique, cascades d'eau, plantes a fleurs colorées, grottes, ...et dendrobates! Une véritable mini forêt tropicale chez soi. Les Dendros avec leur "petits centimètres", ne risqueront jamais de casser le décor, de plus elles sont diurnes, quel spectacle ! Je mettrais juste un bémol, le point d'eau ne doit pas être profond, elles doivent avoir "pied" car les dendros sont de tres mauvaises nageuses et peuvent se noyer. Idem pour le bac a eau si vous ne faites pas de cascade, ce dernier doit être petit .Ensuite dans votre décor, pensez a réaliser une "plage" ou une "clairière" dégagée de façon a ce que vous les voyez . Elles comprendront tres vite que la nourriture arrive par là, et vous les verrez chasser, c'est  admirable !

Au début , quand vous les introduisez pour la première fois, ne vous inquietez pas si vous ne les voyez pas pendant quelques temps, il faut qu'elles se sentent rassurées et comme elles sont territoriales, il faut un peu de temps pour qu'elles prennent posséssion de leur nouveau domaine. 

Concernant le substrat, j'ai opté bien sûr pour un substrat naturel tel qu'il est cité dans la fiche avec des plantes naturelles, broméliacées, orchidées...quand j'ai la chance d'avoir des espèces qui permettent cela je ne m'en prive pas. Il serait à mon sens vraiment dommage de mettre ces joyaux dans un décor "pauvre" et en plastique. L'interêt est de pouvoir faire un "tout" , un paysage tropical vivant et les dendros ne sont qu'élément vivants et colorés de ce décor! Personnellement pour les plantes j'ai 2 lampes 2.0 UVB de 26W, 11h/jour, et elles sont luxuriantes, le bac a eau étant petit je pulvérise 2à 3 fois par jour selon les saisons et j'arrose ,un peu,  une fois par semaine le sol au pied de certaines plantes. Un conseil, ne confondez pas "humide" et  "mouillé" ou "trempé". Il faut qu'il y est un drainage et une évaporation, c'est à cela que servent les billes d'argiles et les aérations, il faut absolument éviter le milieu "mouillé stagnant".

J'ai deux terrarium à dendros, un "comunautaire" dans lequel se cotoient Azureus, leucomélas, Auratus, Tinctorius, je fais partie de ceux qui ont tenté, et je n'ai jamais eu aucun problème de toxicité inter espèces. La seule chose dans un bac communautaire est d'éviter les "hybridations" , cela ne m'est jamais arrivé, certainement parce que je laisse faire, et la reproduction des Dendros ne se fait pas comme cela, je pense que si on veut faire des hybrides il faut le faire exprès....il ne faut jamais le faire, quelle erreur éthique !! Mon second bac , justement sert a reproduire une seule et même espèce, j'y ai actuellement des tinctorius cobalt. De tous mes animaux en terrariums ,les dendros sont les seules que j'essaie de reproduire parfois, afin de conserver une "population" sur le terme, car elles ne vivent pas longtemps et sont fragiles. Si on s'amuse a repeupler en achetant à chaque fois....il faut savoir qu'elles sont tres tres chères à l'achat, alors autant se faire plaisir en essayant de les reproduire. la reproduction des dendros n'est pas chose simple, elle néccessiterait à elle seule une page, si cela vous interesse il y a de nombreux conseils sur des sites de passionnés.

Pour l'alimentation, j'élève des grillons et je leur donne à leur éclosion (micro grillons) c'est la nourriture la plus riche pour elles, ainsi que des Collemboles dont elles rafollent aussi et qui est un repas tres riche aussi, j'eleve aussi des Drosophiles mais je leur donne qu'en complément, histoire de varier " la carte des menus" . Concernant l'elevage de ces proies , c'est assez aisé , et là aussi vous trouvez de nombreux ouvrages ou sources sur le net. A mon sens quand on possède des Dendros c'est incontournable.

Au niveau des comportements , comme je l'ai dit plus haut elles sont territoriales, attention aux mâles entre eux notamment à la saison des "amours".C'est à ce moment qu'intervient la richesse du décor et les nombreuses cachettes pour les plus "soumis". Les parades nuptiales sont vraiment a voir, c'est une jeu entre femelle et mâle spectaculaire, elles pondent dans le coeur imbibé d'eau des broméliacées, et lorsqu'ils éclosent le mâle transporte les tétards sur son dos , a voir absolument !!

Les Dendrobates sont élevées depuis longtemps en Allemagne et au pays Bas, qui ont toujours eu de l'avance sur nous en matère de terrariophilie. En France les terrariophiles commencent à s'y interesser de plus en plus, mais il est vrai que lorsque on commence en terrario, on est plus enclin à s'interesser a plus "gros". Et pourtant quel "gros" bonheur ces petits joyaux !

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site